En  débutant ses études de lettres et langues, Marie-Claire Pascal n’envisageait pas d’exercer une discipline permettant aux achats, à la communication et au commerce de se parler et de se comprendre !

Pourtant c’est aujourd’hui la mission qu’elle se donne, et qui l’a amenée jusqu’à la création de MARCOM Performance, avec une détermination, un enthousiasme et une motivation de chaque instant.

Marie-Claire a débuté sa carrière au sein de la filiale  française d’un groupe scandinave, pour s’orienter ensuite vers la culture et l’évènementiel en agences et chez l’annonceur. Elle se familiarise très tôt avec les exigences d’un univers où la créativité, la capacité à la décision et la rapidité d’exécution sont clé. Elle prend plus tard la fonction de responsable des évènements corporate puis de directrice marketing-communication chez Apple, une expérience qui lui ouvre des horizons très exigeants et marquera sa vision de l’entreprise : elle démarre directement avec les équipes marcom de Steve Jobs, au moment où ce dernier vient d’être rappelé pour redresser l’entreprise.

« J’ai vu cet homme reconstruire les conditions du succès en tirant les leçons de ses échecs, c’était impressionnant »

raconte- t-elle. De cette période, où elle fera d’Apple expo l’événement corporate de référence d’Apple en Europe, et assurera notamment le lancement de iPod et iTunes en France, elle renforce un esprit tourné vers le progrès constant, l’innovation et la recherche de résultat.

« Nous cumulions chacun plusieurs missions, nous avions une grande liberté de travail,  mais au prix d’une exigence de contribution sans faille à l’évolution de l’entreprise et à la performance de la marque. J’aime cet esprit de défrichage,  de collectif et de constante progression. Il est évidemment très présent chez MARCOM Performance. Nous cherchons sans cesse à repousser les limites de nos pratiques, pour apporter à nos clients des solutions à la fois pertinentes, innovantes et concrètes. Mon expérience internationale me permet aussi de pouvoir décrypter des cultures et des fonctionnements différents pour les faire œuvrer en synergie, en s’inspirant mutuellement.»

Elle décide ensuite de quitter Apple pour vivre une nouvelle expérience professionnelle. On lui propose une mission à la direction achats centrale au sein du Groupe La Poste. Il s’agit d’accompagner les achats de communication dans des appels d’offres sensibles, à fort enjeu pour les achats, la direction de la communication et la marque : c’est le déclic. Sa mission est prolongée, puis renouvelée. Elle réalise combien les acheteurs apprécient le soutien d’experts et combien il est important de mettre du liant dans la relation achats-clients internes. Les premiers raisonnent coûts, volumes, process. Les seconds pensent créativité, visibilité, stratégie moyen terme. A première vue, tout les oppose. Pourtant, leur coopération peut apporter à l’entreprise, à la marque, de sérieux bénéfices. Marie-Claire en fera un métier, et un projet d’entreprise.

« Les directions générales ont besoin d’améliorer leurs résultats dans un environnement mondialisé, où la compétition est féroce. Gagner un point de résultat par la réduction des dépenses ou la rationalisation du processus achats est précieux. Mais les acheteurs ne sont pas formés à acheter des prestations en marketing, communication ou même prestations intellectuelles. Même dans les meilleurs Masters achats. De l’autre côté, le marcom perçoit souvent l’action des achats comme une intrusion dans sa mission. Il n’en voit pas a priori la valeur ajoutée, persuadé de savoir faire et d’être le mieux placé pour faire. Leurs KPI ne sont pas les mêmes. C’est un peu la tour de Babel ! D’où l’idée de concevoir des programmes d’accompagnement pour travailler les savoir-faire et savoir-être des uns et des autres. Pour créer un lien de coopération, une dynamique commune qui s’appuie sur les valeurs ajoutées réelles des achats et du marketing au bénéfice de l’entreprise dans sa globalité, à commencer par sa notoriété et sa réputation. MARCOM Performance combine mes expériences dans les univers de la communication, du marketing, des achats et de la direction de business unit. C’est une discipline nouvelle mais attendue, à en juger par les acteurs de renom qui nous font confiance aujourd’hui, et les tendances que l’on peut observer notamment en Grande-Bretagne. J’aime l’idée de m’inspirer de ce qui se passe ailleurs, de la façon dont on y envisage la culture d’entreprise : de mes années en Scandinavie notamment, j’ai gardé une approche particulière qui combine le souci de l’humain et le pragmatisme. Je l’ai intégrée à notre méthode d’accompagnement, qui est très opérationnelle tout en permettant aux  collaborateurs de s’approprier de nouvelles clés de savoir-être.»