LinkedIn et Twitter: com’ corporate & social selling

LinkedIn, business is business !

La carte de visite est morte ! Vive la carte de visite numérique ! Le premier réseau social professionnel mondial, LinkedIn, adolescent de 16 ans, recenserait la présence d’un professionnel sur trois à travers le monde. Né dans la Silicon Valley sous les doigts magiques de Reid Hoffman et Allen Blue en 2002 (avant Facebook donc), LinkedIn connaît pourtant un lancement difficile avant un premier tournant en 2004 qui le voit bénéficier d’une nouvelle adhésion chaque seconde en moyenne. Le réseau social s’attaque alors au secteur du recrutement en 2005 avec la création de LinkedIn Jobs et s’entiche ensuite, année après année, de nouvelles fonctionnalités qui parachèvent un succès phénoménal; aujourd’hui, LinkedIn compte plus de 610 millions d’adhérents issus de plus de 170 secteurs d’activité dans plus de 200 pays ! Le rachat par Microsoft en 2011 pour la modique somme de 26,2 milliards de dollars témoigne de la puissance du réseau social du networking.

© l’ADN

Les statistiques du réseau social donnent le tournis : 40 millions de membres décisionnaires, 100% des entreprises du Fortune 500 représentées par leurs cadres et près de 130 000 articles créés chaque mois ! Les manières d’utiliser LinkedIn sont diverses et variées : de la simple consultation du profil d’une personne rencontrée physiquement, le réseau social permet tout autant de travailler divers aspects RH mais aussi son développement commercial et sa communication corporate. Que ce soit du côté des entreprises ou des individus, LinkedIn est une solution qui permet plusieurs usages que l’on pourrait classer en trois catégories:

  • RH
  • Communication corporate
  • Développement commercial

Côté entreprises, LinkedIn est avant tout un outil de recrutement: dépister les meilleurs talents en fonction des secteurs, consulter leurs recommandations et leur parcours et diffuser des offres d’emplois en fait à lui-tout seul un formidable outil de ressources humaines.

S’ajoute à cet aspect un outil désormais primordial de visibilité et de communication ; en effet, créer et alimenter votre page entreprise LinkedIn est aujourd’hui devenu une obligation et un excellent outil de marque employeur lorsque vos collaborateurs s’y inscrivent et mentionnent faire partie de votre entreprise ou relaient vos publications. Outre cet aspect « page » et pour aller plus loin dans votre communication, le groupe LinkedIn thématique est également un bon moyen d’entretenir une communauté active et de travailler son image de marque. En terme de communication corporate, le marketing d’influence sur Linkedin rencontre de plus en plus de succès et vous permettra de « casser » le format de communication « top – down » en proposant à des experts certifiés de parler de votre entreprise et/ou de vos produits.

Dernier niveau d’utilisation, le développement commercial ou « social selling » est en pleine croissance bien qu’encore assez peu mature dans bon nombres d’entreprises ; en effet, LinkedIn est un puissant outil commercial pour qui sait l’utiliser. Interagir dans les groupes de discussions thématiques, échanger avec des experts certifiés, repérer des prospects et créer des tunnels de conversion devient peu à peu un art que chaque bon département marketing doit savoir maîtriser. De plus, après les sempiternels SlideShares – comprenez PowerPoint version LinkedIn – les nouveaux produits comme LinkedIn Learning permettent d’aller encore plus loin en proposant un service de « tutoriel » qui peut compléter parfaitement votre discours commercial. Bref, LinkedIn est désormais un outil digital incontournable à bien des égards !

© Linkedin Business

Etant donné ces trois niveaux d’utilisation bien distincts, les KPIs à prendre en compte sont divers. En ce qui concerne le recrutement, LinkedIn Jobs vous permet de bénéficier d’une plateforme de gestion de vos recrutements qui vous donnera par exemple des statistiques sur le nombre de consultations de vos offres d’emplois, les secteurs, compétences et intérêts des profils les ayant consultés etc. Côté communication, les KPIs traditionnels sont de mise : nombre de vues, de likes, de partages, de commentaires, taux d’engagement et origine des interactions sont autant d’indicateurs quantitatifs représentatifs de la qualité de vos publications. Côté développement commercial, le taux de conversion de contacts en prospects, le nombre de réponses à vos InMails ou encore l’analyse de la provenance de LinkedIn sur votre site internet seront des indicateurs à vérifier et adapter.

Aussi, choisir un partenaire pour vous accompagner dans vos stratégies relève de différents cœurs de métier; une agence de communication B2B ou corporate  (Wellcom, Alchimia Communication) permettra de traiter l’aspect « notoriété ». En ce qui concerne votre marque employeur et votre stratégie de recrutement, faites-vous accompagner par une agence spécialisée dans les RH ou un cabinet de recrutement (1min30, Agence Idem…). Concernant l’aspect « social selling », l’accompagnement le plus efficace se fera sans doute par une agence spécialisée dans l’Inbound Marketing (SLN Web, Aressy Inbound…). Rien ne remplaçant le contact humain, n’hésitez pas à rencontrer et tester plusieurs partenaires sur des petites missions avant de vous engager sur le long terme. N’oubliez cependant pas la base d’une collaboration réussie : l’identification pointue et la transmission détaillée de vos besoins est capitale !

 

Twitter, la com’ de la com’ !

Depuis sa création en 2006, l’oiseau bleu qui piaille en 140 – puis maintenant 280 caractères ! – s’est fait une place de choix dans les stratégies digitales de communication. Et comme un oisillon, il a fallu tomber du nid et redresser sa course ! Le premier tweet du fondateur de « Twittr » datant du 21 mars 2006 résume bien les trois principes fondateurs : brièveté, immédiateté et ergonomie. La première révolution « croisillon » est d’ailleurs proposée par un utilisateur, Jack Messina, en 2007: celle du fameux hashtag désormais devenu indissociable du réseau social. Twitter met pourtant beaucoup de temps avant d’introduire un « vrai » business model et c’est en 2010 qu’apparaît la première véritable volonté de monétisation à travers la publicité. Spoil Alert : bad moove ! Il faudra trois ans de plus avant que Twitter ne soit introduit en bourse et sept ans de plus pour qu’il devienne rentable ! Pourtant, le réseau social ne cesse d’innover et est l’un des premiers à se positionner en 2015 sur l’option « vidéo live » d’abord accompagné par Periscope  – puis en développant son propre outil – qui deviendra l’apanage d’une communication transparente et du relais d’actualités en live.

© Europe 1

Les usages de Twitter sont nombreux : veille sectorielle et médiatique, marketing d’influence B2C et B2B, communication « top – down » et interactivité, outil de service client et diffusion live sont autant de leviers marketing dont vous pourrez user sur l’oiseau bleu. Twitter reste un réseau social à l’utilisation assez sectorielle et encore très occidentalisée et anglophone ; par ailleurs, il a quasiment supplanté les médias traditionnels dans la diffusion de « news instantanées » grâce à l’outil « live » et s’est positionné comme un réseau incontournable pour tout bon communicant.

En effet, ses trois caractéristiques principales permettent de répondre aux grands enjeux de la communication moderne: réactivité – bad buzz et communication de crise -, transparence – vidéos live – et horizontalité – interactivité avec ses communautés. Ainsi, toute entreprise qui se respecte – et leurs dirigeants ne font pas exception ! – se doit d’être présente sur le réseau social à travers un compte régulièrement alimenté et tourné vers sa communauté et clients. Voici les différentes étapes quotidiennes à effectuer sur Twitter:

  • Etape 1: Veille sectorielle
  • Etape 2: Analyse des KPIs
  • Etape 3: Réponses aux twittos
  • Etape 4: Production de contenus adaptés et optimisés
  • Etape 5: Programmation quotidienne de la diffusion
  • Etape 6: Retweets des retombées médias et RP 2.0
  • Etape 7: Gestion de la relation clients

En fonction de votre activité ces étapes peuvent se dérouler sous un ordre chronologique différent et cette liste n’est pas exhaustive mais constitue la base d’une activité saine sur le réseau social.

© SproutSocial

L’analyse des KPIs doit souvent être accompagnée d’outils complémentaires car la plateforme  « Analytics » interne semble ne pas répondre à toutes les attentes des utilisateurs même si l’on peut constater des efforts dans ce secteur. Les principaux indicateurs peuvent être rassemblés en quatre catégories: communauté, interactivité, paid media, taux d’engagement. Concernant les KPIs liés à votre communauté, le taux de variation du nombre de followers, le ratio concurrentiel ou encore le taux d’attrition sont les plus importants. Côté interactivité, vérifiez au jour le jour votre taux de RT, de likes, de réponses, le volume de vos mentions ou encore votre rapidité de réponse. Au niveau du paid, analyser l’origine de votre trafic web et l’adéquation par rapport à vos ciblages. Quant au taux d’engagement, calculez le rapport entre le volume des interactions et le nombre de vos followers. Toutes ces données vous permettront de trouver l’équilibre parfait et de mettre en place une stratégie adéquate et personnalisée au regard de votre activité. Twitter demeurant principalement un réseau social d’information, toute bonne agence spécialisés dans les RP et l’aspect corporate répondra à vos attentes mais n’hésitez pas à fixer des objectifs précis qu’ils soient qualitatifs ou quantitatifs. Alors, comme l’oiseau bleu, votre communication digitale prendra son envol…

 

Leave a Comment